Christelle Chollet

 

 

On l'a connue "emPIAFée" il y a dix ans puis "entubée" en 2012, Christelle Chollet nous revient dans un nouveau spectacle plus personnel intitulé "Comic Hall".

 

Entourée de deux musiciens, déguisés en super héros, elle retrace en 1h30 une vie déjà bien remplie. "Il y a une chanson pour chaque moment de notre vie", selon elle, et c'est avec l'énergie qu'on lui connaît qu'elle fait revivre au public une palette d'émotions incroyable. Elle jongle très habilement aussi bien entre les styles musicaux qu'entre les époques, aussi à l'aise dans l'imitation des claquettes avec la langue qu'en reine du rap façon Diams, casquette portée sur le côté comme les rappeurs d'aujourd'hui. Elle présente un spectacle complet où se mêle humour, musique et performance scénique. Sans filet, elle propose aux personnes présentes dans la salle de lui dire les titres de leurs chansons d'amour préférées afin qu'elle les interprète de façon totalement improvisée (sa version de "I Will always Love you" de Whitney Houston fut remarquable). Elle n'hésite pas à caricaturer le "Like a Virgin" de Madonna avant d'en donner une interprétation en français à la manière d'Edith Piaf. Tantôt dans l'émotion sur "Mistral gagnant" ou "Heal The world", dans la performance avec "New York New York" ou "Let it be", dans la parodie en chantant "L'eau vive" de Guy Beart sur une musique d'ACDC, Christelle Chollet nous fait rire, nous touche et nous prouve, si c'était encore à faire, l'étendue de son talent. Elle interpelle le public qu'elle met à contribution à plusieurs reprises, notamment lors de l'épisode de la "télépathie". On appréciera aussi les deux "pages de pub" où l'artiste reprend un florilège de chansons qui ont marqué la publicité française, de Babybel à Nutella. Elle ne laisse en tout cas personne de marbre et on se dit qu'il fait bon de se plonger dans le music-hall avec une telle chef d'orchestre. Plus mûre, plus accessible mais toujours aussi pétillante, elle nous présente un spectacle qui fait du bien, dont on ressort avec le sourire et la bonne humeur.

 

Article : Audrey

17/09/2016

audrey@laruedubac.fr