L’exposition Autophoto à la Fondation Cartier pour l’art contemporain

du 20 avril au 24 septembre 2017

 

 

A travers plus de 500 oeuvres de 100 photographes, la Fondation Cartier met à l’honneur l’automobile et le regard que portent les photographes du XXème siècle sur elle.

 

 

© Lee Frieedlander "Montana"

L’invention de l’automobile a révolutionné notre mode de vie et a bouleversé les paysages. Les photographes se sont emparés de ce nouveau sujet qui a changé la face du monde.

 

Sur une idée de Xavier Barral et Philippe Séclier, Autophoto invite à découvrir les multiples facettes de l’univers automobile – esthétiques, sociales, industrielles, environnementales - du début du xxe siècle à nos jours. En réunissant des grands noms de la photographie comme Jacques Henri Lartigue, William Eggleston, Lee Friedlander ou Andreas Gursky, ainsi que de très nombreux artistes peu connus du grand public comme Justine Kurland et Jacqueline Hassink, l’exposition nous propose des regards différents sur l’automobile.

 

L’impact sur le paysage constituent un sujet de prédilection pour de nombreux photographes, comme Jacques Henri Lartigue, Germaine Krull, Robert Doisneau ou encore Brassaï captent la vitesse automobile, le chaos du trafic parisien ou encore le spectacle des phares dans la nuit, témoignant d’une société en pleine mutation.

D’autres photographes de cette époque s’élancent sur les routes pour parcourir le monde, à l’image des écrivains et photographes suisses Ella Maillart et Nicolas Bouvier (respectivement dans les années 1930 et 1950) qui traversent l’Asie à bord d’une automobile, un appareil photo à la main, documentant ces premiers road trips.

 

L’exposition présente également des « auto portraits » réalisés entre le milieu du xxe  siècle et aujourd’hui. Les photographies de Yasuhiro Ishimoto et de Langdon Clay, profils de voitures garées dans des rues désertes, plongent le visiteur dans des époques et des atmosphères différentes. 

 

La voiture est également symbole de la réussite sociale comme le montre les photographes africains Seydou Keïta et Sory Sanlé montrant de fiers propriétaires posant devant leurs voitures.

 

Certains photographes s’intéressent à la vie des usines automobiles, aux machines, aux chaînes de production et au travail des ouvriers, à l’image de Robert Doisneau et de sa série sur l’usine Renault de Boulogne-Billancourt des années 1930, et de Robert Frank qui a photographié l’usine Ford de Rouge River dans les années 1950. Portant un regard attentif sur les ouvriers des chaînes de montage, leurs photographies contrastent avec le  travail de  Stéphane Couturier, dont la  série réalisée à l’usine Toyota de Valenciennes, distanciée et impersonnelle, reflète la nature de plus en plus déshumanisée de l’industrie contemporaine.

 
© Rosengela Renno "Cerimonia do Adeus"

D’autres photographes révèlent l’importance du rôle joué par la voiture dans l’histoire et dans notre quotidien. La série d’Arwed Messmer, tirée des archives de la Stasi, dévoile ainsi les utilisations singulières qui en étaient faites pour fuir l’Allemagne de l’Est, celle de Fernando Gutiérrez est consacrée à la voiture symbolique de la dictature argentine dans les années 1970, la Ford Falcon. Jacqueline Hassink s’intéresse pour sa part au statut et à l’utilisation des femmes dans les salons automobiles du monde entier.

Les œuvres de Rosângela Rennó, Óscar Monzón, Kurt Caviezel ou encore Bruce Davidson montrent, l’intimité qui se crée dans l’habitacle de l’automobile, qui devient alors une «extension» de la maison, un espace dans lequel on vit, on dort, on se dispute, on s’aime et on se marie.

 

Alors qu’aujourd’hui l’automobile est remise en cause au sein de notre société, l’exposition porte un regard tantôt nostalgique, tantôt critique mais aussi tendre et plein d’humour sur ce symbole de rêve et de liberté du XXe  siècle.

 

Commissaires : Xavier Barral et Philippe Séclier Commissaire associée : Leanne Sacramonne Commissaire adjointe : Marie Perennes Scénographie : Constance Guisset


 

EXPOSITION AUTOPHOTO

Fondation Cartier pour l’art contemporain

du 20 avril au 24 septembre 2017

261, boulevard Raspail 75014 Paris

Tarifs : 12€ - 8€ Tarif réduit

 

fondation.cartier.com

 

 

Article : Corinne

18/04/2017

Visuels : © Renno, Friedlander

corinne@laruedubac.fr