"Intra Muros"

 

Et si Richard, un metteur en scène de théâtre (Paul Jeanson), décidait de donner un cours dans un établissement pénitentiaire ? Un cours pour lequel il serait assisté de Jeanne, son ex épouse (Jeanne Arenes) et d’Alice une jeune assistante sociale fraîchement diplômée (Alice de Lencquesaing) ? Et si, dans ce cours, ne s'inscrivaient que deux détenus parmi les 110 prisonniers de la maison centrale (prison qui prend en charge les détenus condamnés à de longues peines) : Kevin (jeune de banlieue détenu depuis 7 ans pour braquage avec violence) (Faycal Safi) et Ange (en maison centrale depuis « deux fois 14 ans ») (Bernard Blancan) ? Rien ne semble fait pour que ces 5 personnages puissent partager un moment aussi intense qu'un cours de théâtre. Et pourtant...

 

C'est dans ce « huis clos sur un plateau » que nous convie Alexis Michalik, en l'honneur de la réouverture après rénovation de la salle historique, le Théâtre 13 / Jardin, qui avait vu la création parisienne de la première pièce de l’auteur, « Le Porteur d’histoires » (auréolé de succès depuis). Quelques mois seulement après « Edmond » qui triomphe actuellement encore au théâtre du Palais Royal (dont nous vous avions fait la critique en 2016 à relire ici ), l'auteur et metteur en scène récompensé par deux Molière se lance dans un projet totalement nouveau et extrêmement ambitieux.

 

Loin d’être une simple histoire qui chercherait à nous émouvoir sur les conditions de vie carcérale, cette pièce est basée sur une réelle expérience d’Alexis Michalik qui, suite à l’obtention d’un prix décerné par les détenus d’une centrale pour un de ses courts-métrages, s’est rendu, avec l’une de ses actrices, échanger pendant quelques heures avec les prisonniers. Suite à cela, il a voulu imaginer tout ce dont ils auraient pu parler. « Intra-Muros » était né.

 

En entrant dans la salle, le spectateur retrouve sur scène les portants à costumes chers à Michalik qui présagent déjà que les acteurs ne nous laisseront pas le temps de reprendre notre souffle au long de cette nouvelle création... Et ce pour notre plus grand plaisir.

Discrètement disposé sur la droite de la scène, un instrumentiste (Raphaël Charpentier) s'installe en même temps que les comédiens. Il les accompagnera tout au long de l'intrigue aussi bien pour les bruitages que pour les différentes musiques qui agrémentent l'action. À la manière d'une Ariane Mnouchkine, Alexis Michalik apporte cet aspect cinématographique à sa mise en scène qui transporte littéralement le spectateur là où l'auteur l'a choisi.

 

Une nouvelle fois, avec les retours en arrière des différents récits enchâssés, on apprend à connaître les personnages, leur caractère, leurs failles, leur histoire, leurs doutes, leurs espoirs, la raison pour laquelle ils se retrouvent face à nous ce soir... Avec un décor très épuré (5 chaises, une table, un lit), aucune projection, mais simplement les jeux de lumière, de sons, et les changements de costumes, les acteurs passent d’un rôle à l’autre, mélangent la réalité et la fiction, le passé et le présent. Et ça fonctionne ! Comme les feuilletons du XIXème Siècle se terminaient au moment crucial ou avant une révélation, les scènes s’enchainent sans tout nous dévoiler. On nous tient en haleine jusqu’au bout, retrouvant ce plaisir de l’enfant à qui l’on raconte une histoire et ne souhaite pas aller se coucher avant d’en connaître la fin.

 

Comme toujours, Michalik s’entoure de comédiens à la hauteur de ses personnages. Ils apportent une part d’eux-mêmes dans leur interprétation, ce qui permet au spectateur de s’attacher à chacun d’eux. Entre la fraicheur, la candeur et la malice de la jeune Alice, la violence refoulée de Kevin qui n’est pas né au bon endroit ni au bon moment, la perdition de Richard en proie à ses démons, la force apparente de Jeanne et son envie d’exister, la sagesse cachée d’Ange, ils évoluent sous nos yeux et c’est leur union qui les fera grandir, malgré toutes leurs différences.

 

Avec cette pièce, Alexis Michalik s’interroge également sur le métier et le travail du comédien. Qui est vraiment celui qui se présente devant nous ? Il joue un rôle qu’on lui a écrit, mais il y met également ce qui le définit, ce qui fait de lui un être humain. C’est par le jeu que les personnages vont se comprendre et se découvrir vraiment. N’avons-nous pas besoin parfois de retrouver notre âme d’enfant à travers le jeu pour cesser de jouer un rôle et revenir à ce que nous sommes vraiment ?

 

« Intra Muros » est une pièce magistrale qui place le théâtre dans son plus bel écrin. L’originalité, la créativité et la sensibilité d’Alexis Michalik font de lui un auteur rare et à suivre. Sans flagornerie ni démarche intellectualisante, il dépasse et dépoussière les codes pour rendre le spectacle théâtral accessible à tous afin d’atteindre notre âme et notre cœur.

 

Jusqu’au 16 avril 2017

Du mardi au samedi à 20h  / Le dimanche à 16h

 

au Théâtre 13 / Jardin

103 A Boulevard Auguste Blanqui

75013 Paris

http://www.theatre13.com

Prix des places : 26€

 

Article : Audrey

10/03/2017

audrey@laruedubac.fr