"Le Cercle des Illusionnistes"

 

Depuis le samedi 27 mai, le théâtre de la Pépinière accueille à nouveau la deuxième pièce d'Alexis Michalik, "Le Cercle des illusionnistes". Laruedubac ne pouvait pas manquer ce rendez-vous avec la magie de la mise en scène et des textes de cet artiste dont nous avons déjà chroniqué les deux derniers chefs d’œuvre, "Edmond" (actuellement au Théâtre du Palais royal et nominé sept fois aux Molière) (https://archiveslaruedubac.wordpress.com/2017/01/15/610/) et "Intra Muros"(https://www.laruedubac.fr/expo-théâtre/intra-muros/) (qui reviendra au Théâtre de La Pépinière le 14 septembre).

 

"Le cercle des illusionnistes" a déjà rencontré un grand succès auprès du public et de la critique puisqu'il a reçu trois Molière en 2014 (meilleur auteur, meilleure mise en scène, meilleure révélation).

 

La deuxième œuvre d'Alexis Michalik raconte la rencontre apparemment fortuite entre un homme, nommé Décembre, et une femme, Avril. Avec leur histoire,  vont renaître sous nos yeux celles de Jean-Eugène Robert-Houdin, horloger, mécanicien, créateur d’automates, inventeur, magicien dont la gloire l’amena jusqu’à monter un théâtre d’illusions, au 8 boulevard des Italiens, et de Georges Meliès, l’inventeur du cinéma de fiction, qui reprit ce théâtre dix ans plus tard.

 

Comme dans ses autres pièces, Michalik nous transporte d’un récit à l’autre, de façon enchâssée, sans nous laisser une minute de répit. On voyage à travers les époques sans nous en rendre compte, grâce aux changements de costumes et de rôles endossés par les comédiens. En ce soir de première, il devait faire plus de 30 degrés à Paris, nous ne pouvons que saluer la performance de ces derniers de jouer une mise en scène aussi active sous une telle chaleur. Cela ne fait que rajouter à leur immense talent qui leur permet de passer d’un rôle à l’autre avec une aisance toute particulière.

 

Une pièce de Michalik, c’est aussi un texte très bien écrit, redonnant tous ses titres de noblesse à notre belle langue française. La diction des comédiens est parfaite et concourt à nous faire voyager à travers les âges avec délectation. On notera également l’aspect pédagogique de chacune de ses œuvres. En effet, derrière la « petite » histoire des personnages contemporains se cache toujours l’Histoire de grands qui ont changé le monde culturel. On sort de ce spectacle avec l’envie de nous renseigner, nous replonger dans la vie de ces artistes afin d’en apprendre davantage et peut-être démêler le vrai du faux… même si, finalement, l’illusion théâtrale nous satisfait totalement. On ressort toujours de ses pièces avec la sensation de se réveiller d’un doux rêve, et c’est sûrement cela sa plus grande force.

 

Une fois de plus, nous ne pouvons que saluer l’utilisation du plateau scénique, mêlant véritables décors (comme la roulotte, le lit ou la porte) à des projections utilisées à bon escient (notamment lorsque les comédiens reproduisent un film de Meliès projeté en fond de scène ou lors du tour de magie de la lévitation).

 

"Le cercle des illusionnistes" pose la question de la reconnaissance de l’artiste, qui peut parfois prendre du temps. On retrouve la mise en abyme, récurrente chez cet auteur, où le public est pris à parti comme faisant part intégrante de l’histoire, ce qui l’aide à se sentir évidemment plus impliqué dans celle-ci. Cette pièce nous donne à voir les destins d’hommes qui ont tout tenté pour atteindre leur objectif, faire ce dont ils rêvaient, sans tenir compte des contraintes familiales, financières ou techniques. C’est un véritable message d’espoir.

 

À l’heure où « Edmond » reçoit tous les honneurs, venez vous aussi prendre part au « Cercle des illusionnistes ». Abandonnez-vous à sa magie. Laissez-vous entrainer dans le rêve. Vous ne le regretterez pas.

 

Jusqu’au 8 septembre

au Théâtre de La Pépinière, 7 Rue Louis le Grand, 75002 Paris

http://www.theatrelapepiniere.com  

Du mardi au samedi 20h30

Matinée les samedis à 16h00

 

Durée : 1h45

Tarifs : de 20€ à 35€

 

Article : Audrey

28/05/2017

audrey@laruedubac.fr