L'Homme de Schrödinger

 

L'homme de Schrodinger, theatre musical, Paris

Et si vous découvriez l’histoire « presque vraie » d’un homme qui, à l’instar de l’expérience du chat de Schrödinger, a décidé un jour de s’enfermer (seul d’abord puis avec sa bien aimée) dans une boite de laquelle il a une chance sur deux de ressortir mort ou vivant. Voilà le pitch du nouveau spectacle musical d’Eric Chantelauze, Samuel Sené et Raphaël Bancou (les grands vainqueurs des Trophées de la Comédie Musicale 2018 avec « Comédiens ! »).

 

D’emblée, le spectateur est plongé dans une conférence scientifique visant à vérifier la véracité des propos de Schrödinger. Sur le plateau, on découvre plusieurs instruments de musique (guitare, looper, harmonizers…), un peu à la manière d’une scène de concert moderne et, au centre, un rectangle préfigurant déjà la boite dans laquelle Sacha s’enfermera.  Et puis deux comédiens, un écran pour des projections et enfin une histoire… ou plutôt plusieurs histoires.

 

Certes, l’action semble se situer dans cette conférence fictive mais, très vite, on entre dans le récit de la vie de Sacha (Julien Ratel), qui a perdu ses parents très jeune et a développé, suite à cela, de nombreux TOC. Ayant trouvé un algorithme des émotions humaines, il monte son agence matrimoniale et rencontre Sacha (Juliette Behar) dont il tombe éperdument amoureux, au point de finir par l’enlever pour l’enfermer à tout jamais avec lui.

 

Cette histoire interroge sur ce que nous sommes, ce qui fait nos choix… Au théâtre, rien n’est véritablement défini tant que le rideau n’est pas baissé. Sommes-nous vraiment ce que nous décidons d’être ou le devient-on simplement à cause des circonstances ? N’existe-t-on finalement pas que par le regard des autres ? Tant de questions qui, une fois la pièce terminée, vous reviendront à l’esprit.

 

On notera le jeu très complet des deux comédiens. Qu’ils incarnent leurs personnages, chantent, ou jouent de la musique, on ne repère aucune fausse note. Bien contraire. Ils se mettent au service de l’histoire qu’ils font vivre par leur sincérité et leurs multiples talents.

 

Les chansons de Raphael Bancou sont au service de l'histoire, mention spéciale pour le moment où Sacha perd ses parents et l'utilisation de techniques musicale très modernes. La mise en scène de Samuel Sené, jouant sur la métaphore de la boite, et rythmée par les passages musicaux ou les extraits cinématographiques, permet une vision très novatrice du théâtre.

Si « L’Homme de Schrödinger » peut paraître un peu déroutant, il n’en est pas moins un véritable moment de théâtre où le spectateur se retrouve lui-même enfermé dans une boite qui le fait ressortir meilleur.

 

THEATRE MUSICAL METAPHYSIQUE

de Eric Chantelauze et Samuel Sené

musique Raphaël Bancou

mise en scène Samuel Sené assisté d'Inès Amoura

décor et costumes Isabelle Huchet

création vidéo Harold Simon

chorégraphie Amélie Foubert

lumières François Cabanat

avec deux comédiens-chanteurs-musiciens Juliette Behar et Julien Ratel

et, pour la première fois en France, Lazare Lechat

 

Jusqu’au 05.01.2019

Du mardi au dimanche

A l’Artistic Théâtre, 45 bis rue Richard Lenoir 75011 Paris

https://www.facebook.com/lhommedeschrodinger/

Tarif: de 10€ à 30€

Durée : 1h30

 

Article : Audrey

20/11/2018

audrey@laruedubac.fr