Chapitre XIII

 

 

Après la réussite de « La Dame blanche » en 2016, Sébastien Azzopardi et Sacha Danino reviennent avec un nouveau thriller intitulé « Chapitre XIII ». Déconseillé aux moins de 13 ans et aux âmes sensibles, le spectacle, présenté comme une expérience inédite, se réclame dans la lignée de « Seven » ou « Le Silence des Agneaux ». Nous avons donc pris notre courage à deux mains pour pousser la porte du Théâtre Tristan Bernard.

 

L’action démarre dans une abbaye sous l’Inquisition. Un prêtre se fait assassiner sous nos yeux pour traitrise. Très vite, nous comprenons qu’il s’agissait en fait du début du roman de Franz Müller, écrivain célèbre, venu chercher l’inspiration dans une église après le décès de sa femme. Or, la réalité rejoint vite la fiction : on découvre un moine tué avec le même mode opératoire que dans le livre. Plus l’auteur va écrire son récit, plus les morts vont s’accumuler jusqu’au terrifiant chapitre XIII qui n’avait pas encore été écrit. Coïncidence ? Malédiction ? Deux policiers (qui ne sont pas sans nous rappeler « X Files ») vont se charger de l’enquête…

 

Commençons par l’histoire. Celle-ci joue sur les différentes temporalités dues à l’écriture du roman. Les acteurs passent d’un rôle à l’autre et nous entrainent dans un rythme rapide jouant sur de nombreux effets visuels surprenants. L’action joue sur les retournements de situation, peut-être un peu trop nombreux, faisant perdre la tête au spectateur qui se retrouve désorienté et cherche à comprendre la vérité. Il restera en haleine jusqu’à la chute finale (que nous ne dévoilerons bien évidemment pas !) qui nous laisse sans voix.

 

L’aspect thriller est présent avec les cadavres sur scène, les différentes tortures administrées aux personnages, le sang qui gicle sur les spectateurs du premier rang. Cela est fait avec beaucoup de légèreté cependant. On rit de la grossièreté de certains effets et on se laisse prendre par d’autres, comme dans un bon film d’horreur.

 

Les comédiens ne s’économisent pas puisque l’action leur demande une véritable implication dans les rôles joués. Tantôt dans la salle, tantôt sur scène, ils utilisent le théâtre dans son intégralité pour permettre justement à l’intrigue d’avancer.

 

On déplorera cependant un peu le fait que les décors ne changent pas du début à la fin malgré les différents lieux traversés. Tout semble concentré sur les accessoires qui produisent, avec succès, l’effroi des spectateurs. On notera cependant les jeux avec la lumière : le plateau est tantôt éclairé totalement, tantôt en noir complet avec quelques lampes torches… Cela apporte du crédit à l’ambiance de l’histoire.

 

« Chapitre XIII », est une pièce surprenant, déroutante par sa chute, où l’on s’amuse à se faire peur et où les auteurs prennent plaisir à manipuler le spectateur. Un bon moment.

 

Jusqu’au 22.12.2018

Du mardi au samedi à 21h, matinée le samedi à 16h

Au Théâtre Tristan Bernard, 64, rue du Rocher, 75008 Paris

https://www.theatresparisiensassocies.com/pieces-theatre-paris/chapitre-xiii-3667.html

Tarif plein : de 23€ à 42€

Durée : 2h00

 

Article : Audrey

07/10/2018

audrey@laruedubac.fr